Fechamos, On ferme, lance le gardien du Musée national alors que le ciel de Rio flamboie dans le coucher du soleil.

Chronique littéraire d’Emilie P-E

Fechamos, On ferme, lance le gardien du Musée national alors que le ciel de Rio flamboie dans le coucher du soleil.

Cet album est une uchronie où Gilles Baum et Régis Lejonc revisitent les dernières heures précédant le grand incendie qui emporta le Musée national du Brésil le 2 septembre 2018. La quête d’une explication plus plausible à ce désastre que la négligence avancée par les médias et l’implacable constat d’une désaffection par les pouvoirs publics de ce lieu de mémoire. Une sortie de scène plus noble pour ce musée dont Edson Arantes, gardien, maître des lieux usé et nostalgique, arpente les allées vides avec une grande solennité. Une sortie qui se fera par la porte de service pour une dernière visite de nuit. Sans vous divulguer la surprise de l’issue trouvée à cette catastrophe, soyez assurés que « cette nuit sera une belle nuit ».

Une dernière visite afin de revisiter l’histoire et démontrer à quel point le pouvoir de l’imagination et de la création, permet de concevoir des issues plus favorables à des situations tragiques. Et, qui sait ? Si ce n’est transformer l’histoire, transfigurer l’avenir.

Tout en faisant un retour sur un passé récent, le craquement des pas d’Edson Arantes dans les allées abandonnées résonne avec la période que nous vivons actuellement, la succession de ces salles désertes, de ces vitrines délaissées ne sont pas sans rappeler les images de nos lieux de culture en temps de pandémie. Le musée figuré comme un temple sacré déconsidéré, pose en filigrane, le temps de barrer une dernière fois ses portes sur ses trésors, la question sa nécessité. Mais la réponse ne tardera pas à venir des enfants devenus grands, elle sera viscérale et populaire, un besoin de transmission, de  « toucher du doigt les origines… Pour comprendre ce qui a construit ce pays et tout ce qui fait sa beauté ».

Un album magnifique, un hommage à ce musée, ceux qui l’ont aimé, aux vestiges du passé, à l’art et la culture. Un album essentiel… qui n’aurait pu être plus d’actualité, où l’évidence de la légende se substituerait bien à l’histoire officielle.

Fechamos (On ferme), Gilles Baum et Régis Lejonc, Les éditions des éléphants, 2020 – Conseillé à partir de 9 ans
https://www.les-editions-des-elephants.com/produit/fechamos/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)